Les indispensables de la foi catholique

La prière du Notre Père

Le Notre Père était la prière personnelle et quotidienne de Jésus. Il l’enseigna en premier à Marie, le jour où il la quitta pour aller se faire baptiser par Jean et évangéliser, puis à ses disciples (cf. Valtorta, 44).

Notre Père, qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas succomber à la tentation.
Mais délivre-nous du mal.
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire ; pour les siècles des siècles.
Amen.

Le Credo (« Je crois en Dieu »)

Le credo résume les grands points de la foi auxquels adhèrent les catholiques.

Version courte : Le Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
Créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur ;
qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,
est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers ;
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints,
à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.
Amen

Version longue : Le Symbole de Nicée-Constantinople

Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible,
Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ,
le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu,
lumière, née de la lumière,
vrai Dieu, né du vrai Dieu
Engendré non pas créé,
consubstantiel au Père ;
et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut,
il descendit du ciel;
Par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour,
conformément aux Écritures, et il monta au ciel;
il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts
et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ;
il procède du Père et du Fils.
Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ;
il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.
Amen

La prière à la Vierge Marie : Je vous salue Marie

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l’heure de notre mort.
Amen.

Les dix commandements (Décalogue)

Aimer Dieu de tout son être :

  • 1 : Ne pas avoir d’autres dieux que Dieu ; l’aimer plus que tout et l’adorer.
  • 2 : Ne pas employer le nom de Dieu irrespectueusement.
  • 3 : Ne pas travailler le jour du Seigneur.

Aimer son prochain comme soi-même :

  • 4 : Honorer ses parents.
  • 5 : Ne pas tuer.
  • 6 : Ne pas succomber à l’impureté et à l’adultère.
  • 7 : Ne pas voler.
  • 8 : Ne pas mentir.
  • 9 : Ne pas succomber à la concupiscence charnelle.
  • 10 : Ne pas succomber à la convoitise matérielle.

Jésus à propos des commandements : « [Mes commandements] se trouvent déjà dans les anciens. Ils ne les modifient pas. Il s’agit toujours d’adorer d’un amour sincère l’unique vrai Dieu et de respecter les lois du culte, de ne pas tuer, de ne pas voler, de ne pas commettre d’adultère, de ne pas porter de faux témoignage, d’honorer son père et sa mère, de ne pas nuire à son prochain, mais au contraire de l’aimer comme soi-même. En agissant ainsi, tu obtiendras la vie éternelle. » (Valtorta, 576.6)