Clés essentielles pour discerner l’origine d’un phénomène surnaturel

Critères de discernement

En cas de phénomènes surnaturels inexplicables par les sciences concernées (charismes, apparitions, miracles, etc.), l'Église se doit d'effectuer un discernement rigoureux pour écarter :

  • les hallucinations,
  • les phénomènes naturels,
  • les supercheries,
  • les escroqueries,
  • les manifestations diaboliques visant à tromper les fidèles,

et ne retenir que ce qui vient réellement de Dieu.

En effet, dans le domaine surnaturel, l’une des erreurs communes consiste à croire que puisqu’une chose fonctionne (channeling, reiki, leveur de feu, etc.), elle est bonne (d’origine divine). Cependant, Dieu et le diable agissent sur les plans naturels et surnaturels et peuvent procurer des capacités hors-norme à des humains. En effet, si les artifices du diable étaient sans effets – bien que superficiels et temporaires – personne ne s’y laisserait prendre.

Jésus : "Le monde […] nie le surnaturel, mais ensuite, devant les manifestations de Dieu, il a vite fait de les expliquer, non par le surnaturel, mais par des forces cachées, occultes. Il confond deux sources différentes. […] est surnaturel ce qui vient de Dieu. Est occulte ce qui vient d’une puissance extra-terrestre, mais qui n’a pas sa racine en Dieu." (Valtorta, 503.11)

Il convient donc de connaître les critères de discernement utilisés par l’Église catholique pour déterminer la provenance de chaque phénomène surnaturel.

Discerner un charisme :

Voici les grands critères de discernement – devant impérativement être cumulés – pour s’assurer de l’origine divine d’un charisme :

  1. Les communications reçues doivent être conformes à la foi catholique et exemptes d’erreurs doctrinales et morales ;
  2. Le charisme doit produire des fruits spirituels abondants et constants (ex : conversions ; miracles confirmatifs durables), et une saine dévotion ;
  3. Les qualités morales de la personne qui reçoit le charisme sont avérées ("Si nous disons que nous sommes en communion avec [Dieu], alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité", 1 Jn 1, 6), dans le cas contraire l'événement provoque sa conversion ;
  4. "Les dons extraordinaires ne doivent pas être témérairement recherchés" (cf. Lumen Gentium, 1964) par la personne qui en dispose, par exemple en vue d’être adulée. Le charisme reçu peut disparaître à tout moment ;
  5. Le charisme ne doit pas servir les intérêts personnels de la personne qui le reçoit (gloire, enrichissement), mais l’unité et l’édification de l’Église. "C’est toujours pour le bien commun que le don de l’Esprit se manifeste dans un homme" (1 Co 12, 7).

Jésus : "comme il vous est donné gratuitement, donnez-le gratuitement aux autres, à ceux qui en ont besoin. Malheur à vous si vous rabaissez le don de Dieu en le faisant servir à remplir votre bourse. Ce n’est pas votre puissance, c’est la puissance de Dieu. Servez-vous-en, mais n’en faites pas votre propriété en prétendant : “Elle m’appartient”. Comme elle vous est donnée, elle peut vous être retirée." (Valtorta, 265.4)

En effet, Satan offre volontiers des pouvoirs à ceux qui les recherchent, afin de les égarer en les aveuglant par l'orgueil (via le sentiment de supériorité par rapports à ceux qui n'ont pas ces pouvoirs/expériences) et de les éloigner de Dieu.

"Dieu vient toujours de lui-même. […] vous ne devez pas vouloir susciter [les manifestations “médiumnique”]. Celles que vous suscitez ne sont jamais sincères, ne sont jamais utiles, elles n’amènent jamais le bien. Ne vous rendez pas esclaves de ce qui vous détruit." (Valtorta, 503.11)

Le cardinal Prospero Lambertini, futur pape Benoît XIV, écrit dans De Servorum Dei Beatificatione et Beatorum Canonizatione, , Livre 3, chapitre 51 (1734) :

"Les visions et apparitions divines se reconnaissent :
- d’après la personne à laquelle elles arrivent,
- d’après le mode selon lequel elles ont eu lieu,
- et d’après les effets qu’elles produisent.
Si la personne qui les a éprouvées est remplie de vertus, s’il n’y a rien dans la vision ou apparition qui détourne de Dieu ; bien plus, si tout s’y rapporte au culte divin ; si, après les visions et apparitions, l’humilité, l’obéissance et les autres vertus chrétiennes, non-seulement persévèrent dans la personne qui les a éprouvées, mais s’élèvent à un degré plus sublime encore, il n’y a dès lors aucun moyen de douter de leur qualité surnaturelle et divine : De leur qualité surnaturelle et divine, il n'y aura aucun doute en aucune façon."

Si la personne détentrice du charisme doute de son origine, il lui est conseillé de se mettre à genoux devant le Saint Sacrement (éventuellement avec un accompagnateur spirituel) et de prier : "Seigneur, si ce pouvoir ne vient pas de vous, faites-le disparaître pour toujours."

Discerner un phénomène miraculeux :

Pour être authentifié, le phénomène doit réunir les critères suivants :

  1. la conformité du message avec la foi catholique ;
  2. les fruits spirituels durables de conversion ;
  3. la communion avec l'Église ;
  4. la cohérence entre messager(s) et message(s).

Discerner une guérison miraculeuse :

Pour être authentifiée, une guérison miraculeuse doit réunir les 7 critères fixés par le cardinal Prosper Lambertini (futur pape Benoît XIV) au XVIIIème siècle :

  1. Que la maladie soit grave, incurable ou de traitement aléatoire ;
  2. Que la maladie soit reconnue et répertoriée par la médecine ;
  3. Qu’aucun traitement n’ait été donné ou, si tel est le cas, que le traitement n’ait pu avoir d’action utile ;
  4. Que la guérison soit soudaine, obtenue en un instant ;
  5. Que la guérison soit parfaite (et non pas incomplète ou partielle) ;
  6. Que la guérison soit totale (et non pas une régression des symptômes) ;
  7. Que la guérison soit durable et que la maladie ne se reproduise pas.

→ Lire notre article sur Jakob Lorber pour découvrir un cas d’école de fraude spirituelle.

Enseignement de Jésus sur le discernement des phénomènes surnaturels

Cet enseignement fut adressé le lundi 21 janvier 1946 par Jésus Christ au père Romualdo Maria Migliorini (1884-1953), premier confesseur de Maria Valtorta (1897-1961) après son entrée comme tertiaire chez les Servites de Marie :

Jésus Christ : “[…] Tu ne dois pas mesurer tout ce qui est surnaturel de la même manière. Le surnaturel comprend tout ce qui sort du monde naturel, n’est-ce pas ? Mais il existe deux courants, deux fleuves dans le surnaturel, dans l’extranaturel : celui qui vient de Dieu, et celui qui vient de l’Ennemi de Dieu.

Pris extérieurement et superficiellement, les phénomènes sont à peu près identiques, car Satan sait contrefaire Dieu avec la perfection du mal. Mais les miens se reconnaissent à certains signes : le premier est la paix profonde, l’ordre qui accompagnent ces phénomènes et qui se communiquent aux personnes présentes; un autre consiste en l’accroissement des facultés naturelles d’intelligence et de mémoire, car le surnaturel céleste est toujours grâce; or la grâce augmente aussi les facultés naturelles de l’homme pour que l’on se souvienne avec exactitude de ses manifestations.

Les phénomènes qui ne sont pas miens, en revanche, comprennent toujours l’effusion d’un je-ne-sais-quoi qui trouble ou diminue le sérieux surnaturel habituel en suscitant de la curiosité ou cet intérêt amusé et vide dont vous faites preuve quand vous allez à une représentation au théâtre, à un spectacle de jongleurs ou à d’autres semblables. Les phénomènes qui ne proviennent pas de moi comprennent toujours du désordre. De plus, après le crépitement des fusées aveuglantes, de la fumée et de la brume enlèvent sa pureté à la lumière préexistante, si bien que vous avez beau avoir vu et entendu, vous ne vous souvenez plus de rien avec exactitude et vous tombez dans les contradictions sans même l’avoir voulu. Satan, de sa main griffue, embrouille, embrouille pour tourner en dérision et épuiser.

Enfin, le sujet lui-même est un signe très sûr. À mon action dans un être correspond toujours l’action de l’être. Je m’explique.

Lorsque j’instruis, tout se métamorphose chez la personne instruite. Il naît en elle une bonne volonté, un empressement à m’obéir, qui ne comprend pas de lentes phases d’élévation comme cela se voit dans la volonté habituelle de se sanctifier, mais des progrès rapides — mais durables — par lesquels l’âme s’élève et transforme ce qui existait précédemment en ce que je désire. Ces âmes sont prises de “bonne volonté”. Cette dernière y broie et détruit tout ce qui appartient au passé, tout ce qui formait le “moi″ antérieur, et les recompose sous une nouvelle forme à mon modèle. Elles sont les artisans inlassables de leur être immortel. Elles voient qu’elles changent en mieux. Mais elles ne sont jamais satisfaites du niveau de bien qu’elles ont atteint et travaillent à acquérir une plus grande perfection. Et cela, non par orgueil personnel, mais par amour pour moi.

À l’opposé, chez les âmes qui sont de fausses contemplatives, de faux instruments, cette inlassable métamorphose manque. En élèves de Satan à cette occasion, elles se repaissent de ce qu’elles ont, elles s’en délectent. Parfois, elles ont réellement reçu, au commencement, un don de ma part. Elles se bercent dans l’orgueil d’être “quelqu’un”. Ce sentiment grandit de jour en jour, comme un animal trop nourri. En fait, il se nourrit excessivement de l’orgueil que Satan déverse silencieusement mais en abondance autour d’eux. Ce sentiment d’être “quelqu’un” grossit jusqu’à en devenir monstrueux. Oui, monstrueux. C’est un monstre parce qu’il perd son aspect primitif, le mien, pour prendre celui de Satan. Ces gens se créent une auréole de fausses lumières, ils mettent à profit leur célébrité plus ou moins relative pour s’en couronner. Ils s’admirent, ils se disent : “Je suis comme il faut. Me voilà déjà arrivé !” C’est ainsi qu’ils s’aveuglent, au point de ne plus savoir ce qu’ils sont, c’est ainsi qu’ils se rendent sourds, au point de ne plus distinguer les voix qui parlent en eux. La mienne est pourtant si différente de celle de Satan ! Mais ils ne l’entendent plus. Et tandis que je me retire, Satan leur offre ce qu’ils veulent : des vanités. Et ils s’en parent…

Qu’est-ce que Dieu peut faire à ces gens qui veulent le mal et préfèrent les vêtements aux reflets irisés, les illuminations, les applaudissements, à la croix, à la nudité, aux épines, au secret, au travail assidu sur soi-même et autour de soi dans le Bien, pour son propre bien et celui des autres ? Qu’est-ce que Dieu doit faire vis-à-vis de ces histrions de la sainteté pris, tous autant qu’ils sont, par les fables et les mensonges ? Dieu se retire. Il les abandonne au père du mensonge et des ténèbres. Quant à eux, ils se délectent des dons que Satan leur accorde en récompense de leur comportement. Comme ils voient qu’ils parviennent à des choses qui dépassent le naturel, ils se proclament “saints”. Ils ignorent qu’elles sont le produit de leur orgueil nourri par Satan. Et ils ne s’améliorent pas, tu sais ? Ils ne s’améliorent pas. Même si, en apparence, ils ne régressent pas, il est visible même aux plus superficiels qu’ils ne font pas de progrès.

Romualdo, fais attention à l’éclat multicolore qui se dissout en brouillard ! Moi, je laisse toujours les choses concrètes, bien ordonnées, claires, dans la lumière. Attention aux faux saints qui sont plus pernicieux pour mon triomphe que tous les pécheurs notoires. Le surnaturel saint existe. Je le suscite. Il faut l’accepter et y croire. Mais il ne faut pas accepter au premier coup d’œil n’importe quel petit vase qui porte l’inscription “Huile de sagesse divine″, ou n’importe quel livre fermé sur lequel il est écrit : “Dieu est ici”. Assure-toi que le premier n’exhale pas une puanteur infernale et que le second ne contient pas des formules hérétiques. Observez également l’extérieur du vase et du livre, où et comment ces gens aiment à se tenir. Observez, pour abandonner le langage figuré, si cette personne est humble d’accès, si elle agit saintement, au plus haut degré. Si vous voyez que son évolution vers le bien est lente ou est même tout à fait absente, ouvrez les yeux. Ouvrez-les deux fois plus si vous remarquez en cette âme le plaisir d’être connue. Et ouvrez-les trois fois, soixante-dix fois plus, si vous la sentez orgueilleuse et installée dans le mensonge.

Que la paix soit avec toi, Romualdo Maria. Que la paix soit avec toi, Maria.”

(Valtorta, Les Cahiers, 21 janvier 1946)

Ici, Jésus dit qu’il ne faut pas vouloir susciter les manifestations “médiumniques” (critère 4) et qu’il faut se soumettre à la vérité déposée depuis des siècles dans son Église (critère 1) :

Jésus : “Oui, parfois Dieu vous rappelle par des manifestations que vous appelez “médiumniques”, qui révèlent en réalité la pitié d’un Amour qui veut vous sauver. Mais vous, vous ne devez pas vouloir les susciter. Celles que vous suscitez ne sont jamais sincères, ne sont jamais utiles, elles n’amènent jamais le bien. Ne vous rendez pas esclaves de ce qui vous détruit. Ne vous dites pas et ne vous croyez pas plus intelligents que les humbles, qui se soumettent à la vérité déposée depuis des siècles dans mon Église, seulement parce que vous êtes des orgueilleux qui cherchez dans la désobéissance des permissions pour vos instincts illicites. Rentrez et demeurez dans la discipline, plusieurs fois séculaire. De Moïse au Christ, du Christ à vous, de vous au dernier jour, il n’y a que celle-là, et pas d’autre.” (Valtorta, 503.11)

Commentaires de Jean-François Lavère

Voici ce que nous écrivait le chercheur Jean-François Lavère, le 24 octobre 2023, concernant l’approche des révélations privées en général :

“Il importe, il me semble, d’établir une hiérarchie dans les données transmises :

  1. En tout premier lieu : ces données sont-elles compatibles avec ce qui résulte directement des textes évangéliques et, plus généralement, de ce qui constitue le dépôt de la Foi ?
  2. Sont-elles conformes à l’opinion unanime des Pères de l’Église ?
  3. Sont-elles en accord avec ce que nous enseignent de façon véridique les données scientifiques : la physique, la chimie, la géographie, l’histoire, l’archéologie… (comme, par exemple, le mouvement des astres, les reliefs, les distances à parcourir, le cycle des saisons, etc) ?
  4. Si ces données sont attribuées à Jésus ou à Marie, elles doivent être véridiques, car ils ne peuvent ni se tromper, ni nous tromper.
  5. Si ces données émanent de la personne qui “reçoit” les révélations, il convient de toujours garder à l’esprit : qu’il s’agit d’un être humain faillible comme nous tous ; et que ce qu’il décrit, surtout quand il s’agit d’impressions personnelles, ne doit pas être pris comme “parole d’évangile”. Le prince du mensonge peut toujours semer l’erreur ; même les plus grands saints n’ayant pas échappé à ses coups de griffe.
  6. Enfin, ne jamais oublier d’invoquer le Saint-Esprit avant toute étude ; qu’Il nous éclaire et nous guide sur la voie étroite de la Vérité.”