Clés essentielles pour discerner l’origine d’un phénomène surnaturel

En cas de phénomènes miraculeux (apparitions, miracles, etc.) ou de charismes surnaturels (capacité à guérir, à prophétiser, etc.), inexplicables par les sciences concernées, l'Église doit scrupuleusement discerner pour écarter les hallucinations, les phénomènes naturels, les supercheries, les escroqueries ou les manifestations diaboliques visant à tromper les fidèles.

Discerner un phénomène miraculeux :

Pour être authentifiée, le phénomène doit réunir les critères suivants :

  1. la conformité du message avec les Saintes Écritures ;
  2. la communion avec l'Église ;
  3. la cohérence entre messagers et message ;
  4. les fruits spirituels durables de conversion.

Discerner une guérison miraculeuse :

Pour être authentifiée, une guérison miraculeuse doit réunir les 7 critères fixés par le cardinal Prosper Lambertini (futur pape Benoît XIV) au XVIIIème siècle :

  1. Que la maladie soit grave, incurable ou de traitement aléatoire ;
  2. Que la maladie soit reconnue et répertoriée par la médecine ;
  3. Qu’aucun traitement n’ait été donné ou, dans le cas contraire, qu’ils n’aient pu avoir d’action utile ;
  4. Que la guérison soit soudaine, obtenue en un instant ;
  5. Que la guérison soit parfaite (et non pas incomplète ou partielle) ;
  6. Que la guérison soit totale (et non pas une régression des symptômes) ;
  7. Que la guérison soit durable et que la maladie ne se reproduise pas.

Discerner la provenance d’un charisme :

Dans le domaine surnaturel, l’une des erreurs communes consiste à croire que puisqu’une chose fonctionne (channeling, reiki, leveur de feu, etc.), elle est bonne (d’origine divine). Cependant, Dieu et le diable agissent sur les plans naturels et surnaturels et peuvent procurer des capacités hors-norme à des humains. En effet, si les artifices du diable étaient sans effets – bien que superficiels et temporaires – personne ne s’y laisserait prendre. Il convient donc de connaître les critères de discernement pour déterminer la provenance de chaque phénomène surnaturel et de les discerner avec rigueur. Pour cela, l’Église catholique retient plusieurs grands critères de discernement – devant impérativement être cumulés – pour s’assurer de l’origine divine d’un charisme :

  1. La personne ne doit jamais avoir recherché/demandé le charisme dont elle dispose, par exemple au moyen d’exercices ou d’initiations, mais l’avoir reçu ("les dons extraordinaires ne doivent pas être témérairement recherchés", in Lumen Gentium, 1964) ; aussi, le charisme reçu peut-il disparaître à tout moment ;
  2. Les qualités de la personne qui reçoit le charisme sont avérées ;
  3. Le charisme ne doit pas servir les intérêts personnels de la personne qui le reçoit (gloire, enrichissement), mais l’unité et l’édification de l’Église. "C’est toujours pour le bien commun que le don de l’Esprit se manifeste dans un homme" (1 Co 12, 7) ;
  4. Les communications reçues doivent être exemptes d’erreurs doctrinales et morales ;
  5. L’œuvre et son auteur doivent produire des fruits spirituels abondants et constants, et une saine dévotion ;
  6. Le charisme produit des miracles durables (plan surnaturel).

Satan offre volontiers des pouvoirs à ceux qui les recherchent, afin de les égarer en les aveuglant par l'orgueil (via le sentiment de supériorité par rapports à ceux qui n'ont pas ces pouvoirs/expériences) et de les éloigner de Dieu.

"Dieu vient toujours de lui-même. […] vous ne devez pas vouloir susciter [les manifestation “médiumnique”]. Celles que vous suscitez ne sont jamais sincères, ne sont jamais utiles, elles n’amènent jamais le bien. Ne vous rendez pas esclaves de ce qui vous détruit." (Valtorta, 503.11)

Si la personne détentrice du charisme doute de leur origine, il lui ai conseillé de se mettre à genoux devant le Saint Sacrement (éventuellement avec un accompagnateur spirituel) et priez : "Seigneur, si ce pouvoir ne vient pas de vous, faites-le disparaître pour toujours."